Chute libre

Le parachutisme est sans doute l’un des sports extrêmes qui s’est développé le plus. De nombreuses marques ont utilisé la chute libre pour proposer leurs produits et services, et de très nombreux films américains utilisent la chute libre pour paraitre plus attractif. Et il est aisé de comprendre pourquoi. Cette activité est ultime, et il y a quelque chose de passionant à sauter dans le vide depuis un avion et piquer vers la terre à plus de 200Kmh. La plupart des chuteurs ont débuté par le premier saut en chute libre en tandem. Les sauteurs ont ensuite évolué jusqu’à dominer entièrement les divers aspects pour pouvoir faire un saut en skydive seul. Il y a des milliers de chuteurs avec de l’expérience, qui ont des centaines de sauts, et chacun débute toujours par le même cérémonial, qui est de faire leur propre parachute. Ce rite débute par l’emballage du parachute, et le double check de parachute. Puis le sauteur en parachute valide le AAD qui est l’instrument d’activation automatique du parachute. Le skydiver porte ensuite sa combinaison de parachutisme et attache le parachute. Le sauteur valide que tout est ok. Puis il grimpe dans l’avion. L’altitude moyenne pour réaliser un saut en parachute est de 4000m, ce qui permet au chuteur de voler pendant à peu près 60 secondes en chute libre totale. Le saut en parachute peut également s’effectuer depuis une hauteur de 5,000m, sans ajout d’oxygène. Plus haut, un équipement est requis. Certains parachutistes pratiquent le HALO skydiving, qui leur permet d’effectuer un saut depuis l’altitude d’un avion de ligne en croisière, à 30,000 pieds. Une fois en l’air, le chuteur profite de sa chute libre jusqu’à une hauteur de 2500 pieds (760m). A ce moment, il déclenche son parachute qui s’ouvre. En chute libre en tandem, c’est le professionnel qui réalise l’ouverture du parachute. Il y a un certain nombre de lieux pour faire un saut en parachute en France, comme en Europe. Certains sont plus attractifs que d’autres grâce à la beauté des paysages. Un saut en skydive est une expérience totalement unique, riche en adrénaline, qui nécessite également une bonne condition physique et cardiaque. Un médecin devra vous donner un certificat médical avant tout saut en parachute. Mais une fois en l’air, les sensations sont uniques.

chutelibre

Rome à l’incentive RH

Rome se met à réfléchir sur l’audit des ressources humaines. Voilà un sujet de séminaire qui ne m’intéressait pas vraiment, mais qui s’est avéré beaucoup plus intéressant et surprenant que je l’imaginais. Surprenant, car l’aspect social y tenait une place prépondérante. Le point central de ce séminaire portait sur l’influence réciproque du social et de l’audit au sein de l’entreprise. Commençons par la définition même de l’audit des ressources humaines : une analyse poussée des conditions et des formes de contribution productive des employés. Le diagnostic visé par l’audit a donc pour objectif d’améliorer cette productivité, qui passe hélas souvent, et majoritairement, par la sujétion des coûts corrélatifs à son usage. Pourtant, si l’audit des ressources humaines présente un objectif économique évident, souhaité par l’entreprise auditée, il contient également, du fait même de sa mise en place, une portée sociale. Le diagnostic commandé par la société pointe en effet du doigt le fait que la productivité des employés est estimée, par les commanditaires, insuffisante, ou améliorable : il témoigne donc d’ un écart entre les responsables d’une part, qui font appel à ce diagnostic, et les employés d’autre part, qui sont soumis à ce jugement et à cet examen. Le recueil et l’analyse des données méritent à cet égard une grande prudence de l’évaluateur. La masse salariale n’est en effet pas prédictible ni objectivable ; elle peut (et elle le fait souvent, même involontairement !) réagir face aux changements auxquels elle est confrontée. Il convient donc de prendre en compte les indéterminations qu’elle crée, mettant parfois à bas les hypothèses prononcées à son encontre et les actions menées pour la dominer, et cela, malgré les vigilances méthodologiques qui ont dirigé son analyse. L’audit des ressources humaines se présente ainsi comme un exercice difficile ; il doit être mené avec circonspection, de préférence en usant nombreuses voies conçues pour se conjuguer. C’est à cette condition qu’apparaîtra opportune l’expertise à laquelle il doit aboutir. Pour plus d’info, allez sur Séminaire Italie.

Hot Water Beach

A découvrir pour ceux qui aiment l’aventure et une certaine idée du Pacifique, la découverte de la Nouvelle Zélande, et notamment de Hot Water Beach. La Nouvelle-Zélande est sillonnée de lignes de faille. Pendant des siècles, le mouvement des plaques tectoniques et l’activité volcanique ont créé un ensemble géothermique de lacs minéraux fumants et de mares de boue bouillonnantes. Hot Water Beach est une étendue plate et pittoresque de sable doré. Elle est bordée d’un côté par des arbres Pohutukawa aux fleurs écarlates et de l’autre par des flots écumeux bleu-vert. Tout le littoral de Coromandel est stupéfiant. La plage est particulière parce qu’elle se trouve au-dessus d’un lac souterrain extrêmement chaud. Deux fissures naturelles laissent échapper à certains endroits des torrents d’eau bouillante, qui se répandent dans les crevasses. Quand ces torrents atteignent les eaux fraîches du Pacifique, de véritables panaches de vapeur jaillissent de l’océan, hormis pendant deux heures, à marée basse, durant lesquelles les cheminées volcaniques se vident sur le sable doré de la plage. À ce moment-là, si vous vous enfouissez dans le sable, vous serez en contact avec une source d’eau riche en sel, en calcium et en magnésium. Si vous creusez un trou, l’eau le remplira et vous disposerez d’une petite piscine thermale. Bien qu’elle se soit alors déjà beaucoup rafraîchie, l’eau minérale a une température de 64 °C. Ajoutez de l’eau de mer plus froide pour profiter d’un bain qui détendra vos muscles. Faites attention, car la plage est connue pour ses forts courants et ses marées qui montent très vite. Les sources montent en bouillonnant toute l’année. Pour vivre une expérience unique, rendez-vous sur la plage la nuit. Creusez votre bassin, allongez-vous dedans et observez les étoiles. C’est sur qu’il y a bien pire comme expérience. On aime notamment parce que cela change du Pacifique façon carte postale, et surtout, vous découvrez la Nouvelle Zélande telle qu’elle est, comme un parc d’attraction grandeur nature ! A découvrir sur Organisation de séminaire.

Trouver un hôtel pour séminaire

A découvrir pour tous les organisateurs de séminaire, un site qui vous présente des hôtels juste parfait pour tout événement. Car cela n’est pas toujours facile de trouver un hôtel, surtout si l’on est loin. Par exemple, trouvé pour Le Cape, en Afrique du Sud, un superbe hôtel très bien situé. 52 De Wet est l’un des plus beaux hôtels de Cape Town en afrique du Sud. Avec un décor moderne, cet hôtel boutique surplombe la baie de Bantry et offre une vue magnifique sur la ville. L’hôtel se veut exclusif, au point qu’il se définisse comme un « hôtel privé », avec une atmosphère qui a plus d’une villa privée que d’un établissement hôtelier. Avec 7 suites, cette atmosphère est renforcée par le calme et la tranquillité du lieu, ainsi que par le luxe discret qui transpire. Car le lieu se veut avant tout comme une maison unique qui accueille ses invités de marque « comme à la maison ». Résultat : des suites superbes qui laissent entrer la lumière et surtout la vue sur la baie, des terrasses avec piscine pour profiter de l’extérieur et de la douceur d’une fin de journée d’été, cocktail à la main. Les chambres sont élégamment décorées, avec un style moderne et des touches « africaines » modernes qui restent dans le ton de l’hôtel. L’autre avantage du 52 De Wet est sa localisation, sur Bantry Bay, à quelques minutes du centre ville, mais surtout, offrant un accès très rapide aux points d’intérêts et aux sentiers de randonnées qui permettent de grimper sur Table Mountain rapidement. Et avant toute journée d’activité, surtout ne pas oublier de profiter du magnifique petit déjeuner préparé par le chef de la maison, organique, et complet. L’hôtel 52 De Wet est l’un des plus beaux hôtels du monde. Il offre à la fois le confort d’un boutique hôtel, mais surtout, il donne au voyageur le sentiment d’être « à la maison ». Et cela change tout. On aime le décor simple mais élégant et raffiné, et l’on aime d’autant plus les espaces de détente comme la terrasse et la piscine, pour profiter de Cape Town en étant un peu comme chez soi. A découvrir sur Hotel Séminaire.

Baptême en Dewoitine au Bourget

Expérience à sensations fortes si vous aimez l’aviation et les avions classiques. Faites deux en un en allant admirer le Dewoitine D-520, un classique et un avion français qui sera au salon du Bourget cette année. Avec un avantage non négligeable, vous pourrez effectuer votre baptême de l’air sur cet avion. Petit, mais puissant et agile, le chasseur Dewoitine D-520 fut le seul avion de l’armée de l’air capable de s’opposer avec succès aux appareils les plus performants de la Luftwaffe. Le trop petit effectif opérationnel au moment de l’attaque allemande combattit avec détermination. Ces avions ne purent que tenter de retarder l’inévitable, mais entrèrent dans l’histoire comme les meilleurs avions de combat français des années 1940-1945. Émile Dewoitine, père du D-520, avait lancé le projet de sa propre initiative en 1936. Le réputé créateur d’avions, mis à la tête de la nouvelle Société nationale de constructions aéronautiques du Midi (SNCAM), était certain de pouvoir produire un chasseur moderne capable de dépasser 520 km/h. Mais, dans l’incertitude d’une relance de la modernisation de l’aviation militaire à cette époque, la phase de développement fut retardée d’environ deux ans. Ce ne fut que le 3 avril 1938 qu’il reçut l’autorisation de construire trois prototypes, dont le premier fit son premier vol le 2 octobre 1938 et le troisième le 5 mai 1939. Les essais révélèrent d’excellentes performances notamment en termes de vitesse avec des pointes ä 550 km/h ä 5200 m et un temps de montée à 8000 m de 12 minutes et 53 secondes. La preuve de son excellente aérodynamique et de ses caractéristiques structurelles fut donnée le 8 février 1939 lorsque le premier prototype atteignit 825 km/h en piqué. Le potentiel du D-520 reçut confirmation le 21 avril 1940 lorsqu’un modèle de série effectua des essais comparatifs avec un Messerschmitt Bf-109-E3 capturé intact. Le chasseur allemand était plus rapide d’environ 40 km/h, mais il était aisément surclassé en manœuvrabilité. A cette date, les commandes portaient sur environ 2 350 exemplaires à une cadence à monter graduellement à trois cents avions par mois. Mais la production fut très ralentie et, à la date de l’attaque allemande, 36 D-520 étaient opérationnels. Leur nombre s’accrut peu à peu et, pendant la bataille de France, ils équipaient cinq groupes de chasse. Au début de l’occupation de la France, sur 437 Dewoitine achevés, 351 avaient été livrés aux unités de chasse. Ces avions sont crédités de 108 victoires confirmées et de 39 probables. Leur carrière ne s’arrêta pas là. En avril 1941, les Allemands autorisèrent la reprise de la production, laquelle se poursuivit jusqu’en décembre 1942 pour un total de 775 appareils. Ils furent utilisés par l’aviation de Vichy, la Luftwaffe, la Reggia Aeronautica et diverses autres forces aériennes de l’Axe. En 1944-1945, certains D-520 récupérés servirent dans les Forces françaises libres et quelques autres reçurent des doubles commandes pour servir d’appareils d’entraînement. Le dernier vola le 3 septembre 1953. C’est un superbe avion, et une expérience inoubliable qui vous attend. Pour plus d’infos allez sur l’onglet « baptême en avion de chasse » du site de l’organisateur.

Offensive des vins du Portugal

Les vins portugais vont commencer l’année 2014 avec une forte incentive à la conquête du territoire européen, et particulièrement les vins en provenance de la vallée du Douro. Pendant plus d’un siècle, la Quinta de Vargellas a constitué I’épine dorsale des Portos Vintage de Taylor. Cette propriété reculée établie sur les hauteurs du Douro supérieur fut construite dans les années 1800. Entre 1893 et 1896, trois quintas portant le nom Vargellas furent fusionnées par Taylor, Fladgate and Yeatman, et la société ajouta un siècle plus tard la Quinta do São Xisto (Saint-Schist). Vargellas s’étend actuellement sur 155 ha. Taylor fut l’un des premiers affréteurs à sortir un Porto Vintage issu d’un seul domaine; en 1995, il se démarqua une nouvelle fois en mettant en bouteilles un vin à partir des plus vieilles vignes de la propriété. Connu sous le nom de Quinta de Vargellas Vinha Velha, le vin provient de vignes plantées dans les années 1920. Les rendements de ces vieux vignobles en terrasses sont incroyablement bas : 200 g par vigne uniquement. Par conséquent, ces vignes produisent des vins à l’intensité naturelle. Quinta de Vargellas Vinha Velha 1995 de Taylor est un vin de grande intensité, toujours profond et opaque, en retrait au nez mais doté de ce parfum floral sous-jacent si caractéristique de Vargellas. En bouche, il se montre toujours impressionnant, avec un fruité généreux, riche, gras et mûr et une intensité semblable à la réglisse; en dépit de sa concentration et de sa puissance indéniables, il est éminemment raffiné et élégant, la quintessence d’une belle propriété du Douro. Cette année, la vallée du Douro va faire le forcing sur la majorité des marchés européens pour faire connaître et faire grandir la connaissance de ces vins portugais. Offensive de charme avec notamment l’invitation de centaines de journalistes spécialisés dès les premiers mois de 2014 pour poursuivre une promotion sur le courant de l’année. Source : Cours d’œnologie.

Découvrir Cambridge

Si vous allez pour le business à Londres, poussez la route pour atteindre Cambridge et son université. C’est un lieu idéal pour organiser votre voyage d’affaires comme un séminaire de travail, mais aussi une destination détente intéressante. L’université de Cambridge est l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses d’Europe et elle est invariablement classée parmi les meilleures au monde. Des personnalités aussi diverses que John Milton, Stephen Hawking, Iris Murdoch, Isaac Newton, Charles Darwin et Oliver Cromwell sont sorties diplômées de ses trente et un collèges, dont le premier fut créé en 1284. Le site historique le plus important est la chapelle King’s College, surnommée par Henry James « la plus belle [chapelle] d’Angleterre ». Construite à partir de 1441, elle demeure l’un des fleurons du style gothique tardif anglais, dit perpendiculaire. Derrière l’autel principal se trouve une toile de Rubens du XVIIe siècle, l’Adoration des mages, délicatement éclairée par d’immenses vitraux du XVIe siècle, le tout sous une grandiose voûte en éventail. Si vous êtes sur place la veille de Noël et que vous rejoignez la file d’attente assez tôt, vous aurez peut-être la Chance d’assister au traditionnel (depuis 1918) festival de cantiques Nine Lessons and Carols. Chantés par une chorale d’étudiants. Au printemps et à l’automne, vous pourrez admirer la chapelle depuis le quartier The Backs, et vous promener sur le gazon vert émeraude qui longe les berges de la charmante rivière Cam. Vous y verrez du « punting », un loisir traditionnel qui consiste à naviguer sur des barques à fond plat à l’aide d’une perche. Ne manquez pas le remarquable musée Fitzwilliam avec sa précieuse collection d’art flamand du 17ème siècle, enrichie de nombreux chefs-d’œuvre de Titien, de Michel-Ange et d’impressionnistes français. Flânez dans les ruelles étroites remplies de bouquinistes, d’auberges historiques et de pubs, puis étanchez votre soif au bar Eagle, repaire favori des étudiants depuis des siècles. Reposez-Vous ensuite à l’Hôtel du vin, un ancien bâtiment universitaire reconverti en hôtel à la fois élégant et moderne, avec un bistrot très réputé. Ou bien quittez la ville pour l’hôte1 Félix, un Vaste presbytère Victorien situé à 2 kilomètres du centre-ville, qui dispose de chambres modernes et soignées et d’un excellent restaurant. Cambridge est une très belle destination. Je vous recommande de découvrir cette ville notamment dans le cadre d’un séminaire à Londres, puisque la capitale n’est qu’à 1h.

Entrez dans le palais de Monaco

Si vous êtes en séminaire ou voyage d’affaires sur la côte d’azur, vous devez alors passer à Monaco pour visiter le Palais Princier des Grimaldi. C’est généralement une visite qui est prévue pour tous les groupes en quête de découverte culturelle et historique qui sont en séminaires ou incentive à Cannes, Nice ou même Monaco. Le Palais princier de Monaco se dresse sur le rocher éponyme et domine le port. Exilée de Gènes au 13ème siècle après avoir choisi de défendre le mauvais camp lors d’une longue discorde entre le pape et l’empereur du Saint Empire, l’aristocratique famille Grimaldi alla s’installer dans la partie sud-est de ce qui devait devenir la France, édifiant dans la région un nombre impressionnant de châteaux. Le Palais princier était à l’origine une forteresse, bâtie en 1191 et appartenant aux Génois. L’ouvrage fut acquis par les Grimaldi en 1297. Depuis lors, c’est derrière ses murs qu’ils ont gouverné, presque sans interruption, leur territoire. La légende veut que François Grimaldi ait demandé asile au château déguisé en moine, puis ait assassiné les gardes avant d’ouvrir les portes pour laisser entrer ses hommes. L’événement est commémoré sur le blason des Grimaldi, qui montre deux moines brandissant des épées. Au Palais une statue représente François déguisé en moine. Certes, des campagnes de reconstruction ont marqué la vie du château. Leurs traces sont visibles dans sa suite de belles salles Renaissance, et dans ses éléments néoclassiques ajoutés au 18ème siècle, mais ses tours et ses fortifications expriment toujours sa fonction défensive originelle. Ces structures ont été considérablement modifiées au 19ème siècle, mais conservent encore des éléments médiévaux. Cette architecture militaire montre bien qu’au fil des siècles, l’emprise de la famille sur son domaine n’a pas toujours été assurée : l’assise des Grimaldi a souvent dépendu du bon vouloir de leurs puissants voisins. Depuis Honoré II, qui régna au milieu du 19ème siècle, la famille s’est essentiellement consacrée à l’aspect esthétique de sa demeure. Les Grimaldi ont agrandi et embelli leur palais, tout en accroissant leurs très belles collections d’art. C’est un très beau palais à découvrir, plein d’histoire et d’œuvres d’art. Nous pouvons recommander l’agence séminaire qui officie à Monaco et qui pourra organiser toute visite sur place de certains endroits du Palais.

Partir nager avec les dauphins en mer

Certains en rêve en se rasant, il s’agit de nager avec les dauphins. C’est maintenant chose possible grâce à quelques associations qui se sont positionnées sur ce créneau un peu écolo-bobo, mais avec une expérience à offrir tellement extraordinaire. L’objectif, en savoir plus sur les dauphins pour mieux les protéger. Une généralité des genres de dauphin chassent ensemble. On parle de co-assistance des cétacés. Les marsouins atteignent en moyenne quarante trois années. Quand un cétacé choisit un banc de poissons, il avertit le reste du groupe qui s’approche alors jusqu’à encercler le groupe de poisson tout en les forçant à se rassembler vers la surface de l’eau. Alors que les poissons piégées, les mammifères marins n’ont plus qu’à pénétrer le banc chacun leur tour en ouvrant la bouche. On dit également que divers dauphins pourchassent les bancs de sardines dans le but de les faire échouer sur la plage afin de les capter ensuite en se mettant eux-mêmes à 50%. Parfois, les dauphins pourront se grouper aux thons ainsi qu’aux requins pour des séances de chasse commune. On prête parfois aux cétacés une composition de groupe, néanmoins quelques races sont solitaires. Ces dauphins sont appréciés car certaines de ces genres acceptent d’approcher les gens et témoignent de l’affection. Quelques dauphins sont réputés avoir préservé des personnes. Les dauphins sont des animaux à à protéger. Cela fait longtemps les marsouins intriguent les gens. Déjà dans l’Antiquité les va-t’en-mer leur imputaient de grands talents comme de éclairer les bateaux fourvoyée dans la tempête et de rescaper les naufragés. Ils sont particulièrement souvent mentionnés dans la tragédie. Certains mammifères marins, cétacés, marsouins élisent le relationnel avec l’homme, il s’agit des cétacés dits « ambassadeurs ». L’épiphénomène est plutôt fréquent en Méditerranée. Malheureusement, il arrive que des mammifères marins soient retrouvés échoués. Il est fondamental ensuite de produire des gestes nécessaires. Tout d’abord prévenir les autorités compétentes (pompiers, services vétérinaires…). Puis, il est clef de sauvegarder leur corps très humide. Pour cela, il est stratégique de les arroser d’eau salée comme la mer. Si vous aussi vous souhaitez vivre des moments forts avec les dauphins, je vous renvois vers l’excellent site Tematis qui organise ce type de sorties, à la fois pour les particuliers, comme pour les entreprises : nager avec les dauphins.

Conseils pour bien préparer son salon professionnel

Bien préparer son salon professionnel. Les salons sont l’occasion non seulement de promouvoir, assurer les ventes, répercuter une image, faire des rencontres et prendre le pouls de toute une industrie. Voici donc quelques conseils pour bien préparer ce qui est souvent l’évènement majeur d’une entreprise : le salon professionnel.

D’abord préparer votre pitch, votre histoire. Vous avez 30 à 60 secondes pour séduire votre interlocuteur et expliquer le quoi, le pourquoi et le comment de vos produits ou services. Maîtrisez votre pitch sur le pourquoi, le quoi et les avantages de votre produit ou service et racontez une histoire qui pourra séduire les interlocuteurs.

Apportez vos cartes de visites. Cela semble évident, mais apportez vos cartes de visite. Les carte de visite sont le meilleur moyen d’obtenir toutes vos informations à des clients potentiels ou des partenaires aussi rapidement que possible. Vous pouvez également utilisez des applications pour smartphone qui vous permettent d’échanger vos cartes de visites.

Maitriser l’ordre du jour avant l’événement et identifiez les sessions auxquelles vous souhaitez participer, ou assister. Prenez le temps d’optimiser votre temps lors de l’événement. Cela ira beaucoup plus vite que vous ne le croyez.

Essayez de connecter avec vos cibles avant l’évènement, notamment via Twitter et autres réseaux sociaux notamment professionnels tels que Linkedin. Cela peut vous permettre de créer une communication, connexion et pousser les interlocuteurs à vous rencontrer sur le salon.

Planifiez vos rendez-vous dans la mesure du possible avant l’évènement. De nombreux salons vous permettent de vous organiser au préalable et il devient alors plus facile d’organiser des réunions. Néanmoins, conservez un peu de liberté pour l’improvisation et vous permettre de discuter one on one avec des contacts nouveaux et prometteurs.

Assurez un suivi. Si vous établissez des contacts lors de l’événement et surtout si vous avez pris des engagements, assurez un suivi. Faites-le sans tarder. Alors qu’il est encore frais dans votre esprit et le leur.

Article réalisé avec Séminaires Entreprises