Entrez dans le palais de Monaco

Si vous êtes en séminaire ou voyage d’affaires sur la côte d’azur, vous devez alors passer à Monaco pour visiter le Palais Princier des Grimaldi. C’est généralement une visite qui est prévue pour tous les groupes en quête de découverte culturelle et historique qui sont en séminaires ou incentive à Cannes, Nice ou même Monaco. Le Palais princier de Monaco se dresse sur le rocher éponyme et domine le port. Exilée de Gènes au 13ème siècle après avoir choisi de défendre le mauvais camp lors d’une longue discorde entre le pape et l’empereur du Saint Empire, l’aristocratique famille Grimaldi alla s’installer dans la partie sud-est de ce qui devait devenir la France, édifiant dans la région un nombre impressionnant de châteaux. Le Palais princier était à l’origine une forteresse, bâtie en 1191 et appartenant aux Génois. L’ouvrage fut acquis par les Grimaldi en 1297. Depuis lors, c’est derrière ses murs qu’ils ont gouverné, presque sans interruption, leur territoire. La légende veut que François Grimaldi ait demandé asile au château déguisé en moine, puis ait assassiné les gardes avant d’ouvrir les portes pour laisser entrer ses hommes. L’événement est commémoré sur le blason des Grimaldi, qui montre deux moines brandissant des épées. Au Palais une statue représente François déguisé en moine. Certes, des campagnes de reconstruction ont marqué la vie du château. Leurs traces sont visibles dans sa suite de belles salles Renaissance, et dans ses éléments néoclassiques ajoutés au 18ème siècle, mais ses tours et ses fortifications expriment toujours sa fonction défensive originelle. Ces structures ont été considérablement modifiées au 19ème siècle, mais conservent encore des éléments médiévaux. Cette architecture militaire montre bien qu’au fil des siècles, l’emprise de la famille sur son domaine n’a pas toujours été assurée : l’assise des Grimaldi a souvent dépendu du bon vouloir de leurs puissants voisins. Depuis Honoré II, qui régna au milieu du 19ème siècle, la famille s’est essentiellement consacrée à l’aspect esthétique de sa demeure. Les Grimaldi ont agrandi et embelli leur palais, tout en accroissant leurs très belles collections d’art. C’est un très beau palais à découvrir, plein d’histoire et d’œuvres d’art. Nous pouvons recommander l’agence séminaire qui officie à Monaco et qui pourra organiser toute visite sur place de certains endroits du Palais.

Partir nager avec les dauphins en mer

Certains en rêve en se rasant, il s’agit de nager avec les dauphins. C’est maintenant chose possible grâce à quelques associations qui se sont positionnées sur ce créneau un peu écolo-bobo, mais avec une expérience à offrir tellement extraordinaire. L’objectif, en savoir plus sur les dauphins pour mieux les protéger. Une généralité des genres de dauphin chassent ensemble. On parle de co-assistance des cétacés. Les marsouins atteignent en moyenne quarante trois années. Quand un cétacé choisit un banc de poissons, il avertit le reste du groupe qui s’approche alors jusqu’à encercler le groupe de poisson tout en les forçant à se rassembler vers la surface de l’eau. Alors que les poissons piégées, les mammifères marins n’ont plus qu’à pénétrer le banc chacun leur tour en ouvrant la bouche. On dit également que divers dauphins pourchassent les bancs de sardines dans le but de les faire échouer sur la plage afin de les capter ensuite en se mettant eux-mêmes à 50%. Parfois, les dauphins pourront se grouper aux thons ainsi qu’aux requins pour des séances de chasse commune. On prête parfois aux cétacés une composition de groupe, néanmoins quelques races sont solitaires. Ces dauphins sont appréciés car certaines de ces genres acceptent d’approcher les gens et témoignent de l’affection. Quelques dauphins sont réputés avoir préservé des personnes. Les dauphins sont des animaux à à protéger. Cela fait longtemps les marsouins intriguent les gens. Déjà dans l’Antiquité les va-t’en-mer leur imputaient de grands talents comme de éclairer les bateaux fourvoyée dans la tempête et de rescaper les naufragés. Ils sont particulièrement souvent mentionnés dans la tragédie. Certains mammifères marins, cétacés, marsouins élisent le relationnel avec l’homme, il s’agit des cétacés dits « ambassadeurs ». L’épiphénomène est plutôt fréquent en Méditerranée. Malheureusement, il arrive que des mammifères marins soient retrouvés échoués. Il est fondamental ensuite de produire des gestes nécessaires. Tout d’abord prévenir les autorités compétentes (pompiers, services vétérinaires…). Puis, il est clef de sauvegarder leur corps très humide. Pour cela, il est stratégique de les arroser d’eau salée comme la mer. Si vous aussi vous souhaitez vivre des moments forts avec les dauphins, je vous renvois vers l’excellent site Tematis qui organise ce type de sorties, à la fois pour les particuliers, comme pour les entreprises : nager avec les dauphins.

Conseils pour bien préparer son salon professionnel

Bien préparer son salon professionnel. Les salons sont l’occasion non seulement de promouvoir, assurer les ventes, répercuter une image, faire des rencontres et prendre le pouls de toute une industrie. Voici donc quelques conseils pour bien préparer ce qui est souvent l’évènement majeur d’une entreprise : le salon professionnel.

D’abord préparer votre pitch, votre histoire. Vous avez 30 à 60 secondes pour séduire votre interlocuteur et expliquer le quoi, le pourquoi et le comment de vos produits ou services. Maîtrisez votre pitch sur le pourquoi, le quoi et les avantages de votre produit ou service et racontez une histoire qui pourra séduire les interlocuteurs.

Apportez vos cartes de visites. Cela semble évident, mais apportez vos cartes de visite. Les carte de visite sont le meilleur moyen d’obtenir toutes vos informations à des clients potentiels ou des partenaires aussi rapidement que possible. Vous pouvez également utilisez des applications pour smartphone qui vous permettent d’échanger vos cartes de visites.

Maitriser l’ordre du jour avant l’événement et identifiez les sessions auxquelles vous souhaitez participer, ou assister. Prenez le temps d’optimiser votre temps lors de l’événement. Cela ira beaucoup plus vite que vous ne le croyez.

Essayez de connecter avec vos cibles avant l’évènement, notamment via Twitter et autres réseaux sociaux notamment professionnels tels que Linkedin. Cela peut vous permettre de créer une communication, connexion et pousser les interlocuteurs à vous rencontrer sur le salon.

Planifiez vos rendez-vous dans la mesure du possible avant l’évènement. De nombreux salons vous permettent de vous organiser au préalable et il devient alors plus facile d’organiser des réunions. Néanmoins, conservez un peu de liberté pour l’improvisation et vous permettre de discuter one on one avec des contacts nouveaux et prometteurs.

Assurez un suivi. Si vous établissez des contacts lors de l’événement et surtout si vous avez pris des engagements, assurez un suivi. Faites-le sans tarder. Alors qu’il est encore frais dans votre esprit et le leur.

Article réalisé avec Séminaires Entreprises

Incentive – devenir pilote de chasse

Si vous aimez les émotions du baptême de l’air en avion militaire, vous aimerez vous glisser dans le rôle d’un pilote de chasse accomplissant une mission et un combat dans les airs. C’est une expérience moderne et également inédite en France qui a été créée par d’anciens pilotes de l’armée de l’air afin de partager leur amour du vol. Résultats : une animation de pilote de la chasse qui offre des riches sensations, le tout dans un climat conviviale et accueillant. Prévoyez 1 bonne journée, à Saint Estèphe, circa de Bordeaux. Cette animation s’amorce par un meeting, sur les aéronefs, sur le pilotage ; puisque c’est vous qui avez la main – idem sur les expériences du combat aérien, le tout avec précision et jovialité.

Vous effectuerez deux missions militaires dans l’après-midi, avec un débrief entre les deux. Vous simulerez agresseur et protecteur, chacun son tour. L’idéal est de revenir à deux lors de cette activité, pour que vous et l’autre concurrent puissiez faire cette animation. Chaque avion est équipé de mires laser, et d’un système de fumée. Dans le ciel, le but reste facile : voler près de l’adversaire, faire mouche avec la visée laser, et si l’on fait juste, le fumigène de l’adversaire se met en marche, laissant filer une fine emprunte de fumée dans le ciel. Vous êtes guidé par d’authentiques pilotes de chasse, un dans chaque biplan, et vous délivre tous les préceptes et régie le biplan également les comportements pour profiter de cette expérience de pilote militaire en toute quitétude.

Vous maniez l’avion, c’est ce qui induit que cette animation est complètement inédite. Le processus de mire laser qui actionne un fumigène permet de positionner le combat dans son contexte et de percevoir le résultat de son shoot instantanément. La fumée délivre un aspect en plus. Bien plus qu’un jeu, cette simulation vous plonge dans la peau d’un pilote militaire. En savoir plus: http://www.tematis.com/combat-aerien-laser.html

Masterchef et le voyage

Alors que l’émission culinaire reprend du service, il est intéressant de noter que le concept s’enrichira encore cette année de nouveaux voyages. Ceux-ci font maintenant partie du concept et permettent de mettre en évidence la richesse culinaire d’une destination touristique, tout en challengeant les participants. Très beau concept, qui s’assure aussi du succès de l’émission, comme chaque année. Voici ce qu’en disent les intéressés:« C’est la saison de la maturité. Nous avons souhaité capitaliser sur les forces du programme – la promesse de changer de vie, des épreuves connues du grand public et le jury – tout en apportant de la nouveauté », explique Thierry Lachkar, président de Shine France. Pour ajouter un peu de piment à une recette déjà appréciée, la production a donc décidé d’offrir plus de dépaysement aux candidats et téléspectateurs avec de nombreux voyages. « Nous sommes très attachés à ces déplacements et nous nous sommes « attaqués » cette année à des lieux extraordinaires », admet-il. Après l’Italie, en 2010, et les États-Unis, en 2011, les candidats et le jury ont eu cette fois la chance d’aller au Canada – au pied des chutes du Niagara et au bord du lac Ontario – et en plein désert marocain. Sans oublier les escapades hexagonales dans des endroits impressionnants ou insolites, comme une grotte dans la Drôme ou une plage en Corse. « Le choix des destinations se fait en fonction du lien direct entre une recette qui parle au plus grand nombre et un lieu visuellement fort », poursuit le producteur. Ces sélections sont aussi validées par les membres du jury. « On nous a proposé Dubaï, quel est l’intérêt gastronomique ? Il faut une culture culinaire. Le Maroc possède l’une des plus belles gastronomies et il était intéressant de travailler le saumon et l’érable au Canada », précise Yves Camdeborde. Si ce genre de déplacements mérite une organisation sans faille, des complications restent possibles. « Ce sont de vrais défis pour nos équipes de production, qui doivent faire appel à tout leur savoir-faire. Mais il y a toujours des impondérables, notamment liés au climat », poursuit le producteur. Carole Rousseau, qui présente le programme, se souvient : « Au Maroc, les plaques de cuisson ne fonctionnaient plus à cause de la chaleur et, aux chutes du Niagara, le tournage a été décalé, car nous étions trempés par les projections d’eau ! » Avec http://bit.ly/O8gY8J

Dans la peau d’un pilote de chasse

Un pilote de l’armée contribue avec des aéronefs dotés de bombes offensifs à la stratégie défensive. La jonction des avions de chasse et des bateaux de guerre affermit le pouvoir de dissuasion de la France. l’aviateur contribue conjointement à la défense des citoyens contre la alarme des airs. Quelques sept et 15 avion d’interception sont disposés tout le temps à intercepter très rapidement tout aéroplane soupçonnable. Pareillement, le pilote militaire est un acteur majeur des actions étrangères réalisées par l’Etat. Peu importe la charge qui lui est assignée le pilote de chasse assume sa mission, pourvoit à ce que son avion militaire est efficient, dirige son avion pour une mission d’intervention au sol. Une fois à la caserne, l’aviateur produit un exposé de sa tâche à ses chefs. Chaque jour le aviateur se consacre à l’entraînement militaire. Son métier nécessite une intense aptitude d’acclimatation aux innovants aéronefs qu’il doit maîtriser. Les pilotes sont coachés par leur unité d’appartenance, leur enseignement intégrant les propriétés attachée à leur relation à un corps et celles attachées à leurs avions de chasse et charges. Une fraction de cette éducation se fait sur simulateur de vol. Les pilotes d’aéronefs doivent réaliser un ratio minimum d’heures de vol chaque année pour garder leurs compétences. Tous ceux qui ne veulent pas être aviateurs pourront se payer une expérience insolite en effectuant un vol en avion de chasse. Percevez les impressions d’un pilote. Découvrez les sensations lors de le vol en avion de chasse.

Voyages d’affaires, communication et coûts

Le voyage d’affaire devient de plus en plus coûteux pour les entreprises, parce que nous sommes tous de plus en plus connectés. Ainsi, le businessman utilise son téléphone, ipad, ordinateur aux quatre coins du monde pour se maintenir informer, mais aussi pour converser et faire des affaires. Dans un monde où tout est instantanéité, le voyageur d’affaires se doit d’être connecté. Du coups les charges de communication, notamment liées aux services de « roaming », explose les budgets des entreprises. Voici ce qu’en rapporte le site Voyage d’Affaires: L’étude présentée par Truphone à l’occasion de la convention GBTA organisée du 22 au 25 juillet à Boston dresse un constat édifiant du budget alloué aux communications pour les professionnels en déplacement. Le « roaming » – ces accords d’itinérance passés à l’international entre opérateurs pour permettre à l’usager de se connecter ou qu’il se trouve ou presque – ont beau faciliter l’efficacité des voyageurs, ils n’en demeurent pas moins extrêmement coûteux. Selon l’enquête « Tendances et meilleures pratiques pour contrôler les coûts de roaming à l’international », un sondage réalisé par la CCMI auprède 128 entreprises majeures au cours de l’année 2011, les chiffres atteignent même parfois des sommets : plus de 1000 dollars ou plus par mois et par utilisateur, et même plus de 3500 dollars pour 12% des sondés. Des données qui expliquent aisément pourquoi 40% des entreprises restreindraient voire interdiraient purement et simplement le recours à des connections sans fil depuis les appareils mobiles pendant les déplacements professionnels. D’autant que la courbe explose : alors que 5,5% des sondés ont vu leurs dépenses diminuer au cours des trois dernières années, 68,8% constataient une hausse des coûts. (http://www.voyages-d-affaires.com)

Incentive – piloter un avion de ligne

Il est actuellement réalisable de se mettre aux commandes d’ un avion en simulateur de vol pro. Cette expérience exceptionnelle est pratiquée dans une école de qualification des PNC à Lyon. Ces PNC partiront par après travailler pour l’aérien. Les simulateurs de vol sont des merveilles de technologies, bougés par des vérins hydrauliques, qui font précisément les mouvements d’un appareil. Cette activité est relativement appréciée par les amoureux d’aviation, mais encore par les passionnés qui convoitent de discerner le rôle de commandant. Les intervenants sont admis par un qualifiant airbus sur le centre de formation. Un court briefing de trente mn est donné puis s’entame la session de simulateur de vol. Le participant peut élire son aéroport de départ et son aéroport d’arrivée. Il pourra également simuler toutes les conjonctures météorologiques comme les pannes qui peuvent arriver en vol. Les férus d’aviation s’en donnent à cœur joie. Mais comme les individus qui ont peur en avion. Quelques personnes ont peur dans l’avion à cause d’une très mauvaise expérience de vol. Quelques-un ont ressenti des conditions atmosphériques très fortes, comme certaines expériences totalement désagréables comme être frappé par un éclair en cours de vol, ou pareillement un phénomène de dépressurisation. Toute situation en avion forte favorise une crainte du prochain envol. Dans le but de résister contre cette crainte et cette peur du vol. Les simu sont utilisés par les professionnels pour effectuer des cours antistress pour se battre contre la crainte de l’ avion. Ces cours sont individualisées et faits au particulier pour une plus grande efficacité. Le training de 3 heures consent au prétendant de saisir l’aérodynamique d’un airbus et de se mettre en position, face aux commandes d’un aéronef. Entraindé d’un médecin, l’individu aborde ses appréhensions afin de mieux les saisir et les surmonter. Les simu proposés sont des Airbus 320 et Boeing. La diposition de piloter le simu Airbus et le simu Boeing sont distinctes. La technologie de pilotage 320 est recentrée sur le joystick – vous attribuez une impulsion sur le joystick et l’aéronef va maintenir la position qui vient de lui être donnée, sans permuter l’angle sur le manche à balai. Ceci s’avère parfois bizarre pour un individu. Au contraire, le simulateur Boeing continue une perception de vol traditionnelle. Le manche est régulier, et il est requis de garder l’attaque sur le joystick pour garder l’attaque ou l’attaque de l’appareil. Pour avoir de la hauteur, vous tirez sur le manche à balai, et il convient de retenir cette angle pour continuer à monter. Au contraire sur le simu Airbus, vous initiez un angle de progression, et vous pouvez lâcher le manche. L’aéronef poursuit sa montée. En vue de réinitialiser l’aplomb, il faut donc pousser sur le manche à balai pour ravoir l’angle initiale. Il n’existe pas de choix accompli pour votre simulateur, cela dépend des expériences des personnes. De toutes façons, l’activité en simu professionnel est étonnante. Plus d’info ici: http://www.simulateurdevol.fr/

Une association pour défendre le tourisme en Tunisie

Tunisia Mice Association est une nouvelle entité créée au début de l’année 2012 pour promouvoir le tourisme d’affaires en Tunisie. Elle souhaite devenir le porte-parole des agences réceptives, DMC et hôtels d’affaires. AAprès une année 2011 totalement blanche, le tourisme d’affaires peine à repartir dans la Tunisie post- révolutionnaire. Pour tenter de redonner une dynamique au secteur, une douzaine d’opérateurs spécialisés MICE et incentive se sont regroupés au sein de la nouvelle Tunisia Mice Association (TMA).

Cette initiative a été présentée aux professionnels lors du salon Meedex, qui s’est tenu au Carrousel du Louvre à Paris les 28 et 29 mars. Née au début de l’année 2012, cette association regroupe 8 agences réceptives et 4 hôtels qui veulent jouer un rôle de lobby pour être reconnus par les autorités comme un représentant de la profession. « Le marché MICE n’est pas vraiment représenté au sein de la fédération tunisienne des agents de voyages (FTAV). C’est un regroupement très institutionnel qui représente plus qu’il ne défend les intérêts de la profession » explique Mehdi Allani, le vice-président de TMA et par ailleurs vice-président de l’hôtel Le Sultan d’Hammamet. Un des objectifs de cette association est de rendre plus accessibles et privatisables certains sites archéologiques, plages, villas romaines ou musées.

« Les tracasseries administratives n’ont pas disparu. Nous devons à nouveau convaincre les autorités de nous prêter ces sites d’exception », se désole Mehdi Allani. Pour faire entendre sa voix, TMA espère rassembler le maximum de professionnels, tout en gardant une certaine qualité. Les candidats devront en effet répondre à un cahier des charges précis et être parrainés pour entrer. Une fois admis, il faut verser un droit d’entrée de 1 000 euros ainsi qu’une cotisation annuelle du même tarif.

Voyage incentive en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud réunifiée présente un nouveau visage, celui d’une démocratie multiraciale. Ses grands parcs nationaux, ses belles plages dorées et ses excellentes infrastructures comptent parmi les atouts touristiques de ce grand pays. Tous les loisirs y sont possibles : randonnée, cheval, pêche, voile, rafting.

Sachez-le, l’Afrique du Sud tient ses promesses : grands espaces, paysages époustouflants, parcs nationaux et réserves naturelles, plages superbes propices au surf et à la pêche, zones montagneuses aux possibilités de randonnée quasiment illimitées. Le tout se découvre sous un climat toujours tempéré. Vous aurez à votre disposition des infrastructures excellentes, des transports et communications aisées : même dans les régions les moins touristiques, on trouve toujours un hébergement confortable et une nourriture correcte. Depuis le retour à la démocratie multiraciale, l’Afrique du Sud donne naissance à une nouvelle société. Ce pays est une magnifique destination pour l’organisation de séminaire en Afrique du Sud.

voyage incentive afrique du sud

JOHANNESBURG (JO’BURG)

Si vous souhaitez vraiment connaître et comprendre l’Afrique du Sud, Johannesburg représente une halte indispensable, car s’il paraît difficile de combler les disparités raciales en Afrique du Sud, c’est à Jo’burg, plus que nulle part ailleurs, que certains Noirs vivent sur un pied d’égalité avec les Blancs. Arriver à Johannesburg provoque toujours un choc. Vieille d’à peine un siècle, cette ville est de loin la plus importante d’Afrique du Sud. La découverte du gisement d’or du haut Veld en 1886 explique l’existence de cette ville qui s’est développé en quelques mois avec l’arrivée de milliers de chercheurs. La ville s’étend au centre d’une future mégapole. Vers le Nord, les zones de verdure qui la séparent de Pretoria diminuent au fil de cette expansion. En dépit de sa taille, on s’oriente facilement à Jo’burg. L’aéroport se trouve à 25 km au nord-est du centre-ville. Un service de bus le relie à la gare ferroviaire. Johannesburg ne témoigne pas d’un grand respect pour son patrimoine architectural et historique, toutefois le centre reste intéressant et animé. La rue est africaine avec ses nombreux ambulants. Situées sur la corniche, au nord-est de la gare, Hillbrow etBerea, banlieues mitoyennes étaient à une certaine époque les plus vivantes de Jo’burg, à l’image de Greenwich village à New York. Ces quartiers sont aujourd’hui parmi les plus peuplés et les plus dangereux d’Afrique. Yeoville, Raleigh Street etRockey St reet (la rue change de nom à mi-chemin) était le haut lieu de la culture contestataire sud-africaine. Tout cela a quelque peu changé mais l’atmosphère y est restée détendue, conviviale et dépourvue de tout racisme. S’y promener la nuit reste plaisant et relativement sûr. Plusieurs agences proposent des circuits dans Soweto. Ne manquez pas le poignant monument à Peterson et la Charte de la liberté sur le flanc d’un container à Kliptown.

La plupart des hôtels bon marché se trouvent au centre-ville. En revanche, il existe peu de bed & breakfast. Vous trouverez sans difficulté des hébergements de catégorie moyenne et supérieure dans le centre de Johannesburg. Les restaurants, de toute cuisine et pour tous budgets, ne manquent pas. La plupart des établissements sûrs et de qualité s’éparpillent dans la banlieue nord. Retrouvez les meilleurs hôtels d’Afrique du Sud en suivant le lien.

voyage incentive afrique du sud

LE CAP

Située non loin de la pointe extrême du continent africain (cap Agulhas), Le Cap ou Kaapstad est l’une des plus belles villes au monde. Dominée par la Table Mountain, au sommet plat et aux pentes vertigineuses, elle s’entoure d’un magnifique paysage montagneux que prolongent des vignobles et des plages. Le Cap a la réputation d’être la ville la plus tolérante, la plus détendue d’Afrique du Sud, mais l’apartheid y a laissé des cicatrices profondes. Soucieuse de son histoire, la ville a conservé ses bâtiments anciens, même dans le centre-ville, tout en offrant l’infrastructure d’une métropole moderne : restaurants, cafés, bars, parcs et jardins, marchés et boutiques. Le Cap constituera l’un des moments privilégiés de votre visite en Afrique du Sud ; consacrez-lui au moins une semaine. À première vue, la ville du Cap semble étonnamment petite : le centre-ville s’étend au nord de la Table Mountain et à l’est de Signal Hill et les vieux faubourgs de Tamboerskloof, Gardens et Oranjezicht sont tous accessibles à pied. Faites une halte à Greenmarket square : un marché aux puces s’y tient tous les jours. Le spectaculaire cap de Bonne-Espérance est à 70 km de la ville par la route du sud. Il est entouré d’une réserve naturelle qui protège l’extraordinaire flore locale. Ne manquez pas l’ascension de la Table Mountain par le téléphérique : du sommet, la vue est à couper le souffle et le lieu est propice à d’excellentes promenades. Prenez le temps de flâner dans les jardins botaniques de Kirstenbosch ; ils figurent parmi les plus beaux du monde. Enfin, le Victoria et Albert Waterfront, bien que très touristique, reste un endroit à l’atmosphère agréable. son charme tient au fait qu’il reste un port en activité. L’animation y règne jour et nuit : avec ses nombreux bars et restaurants, c’est le quartier de la vie nocturne. Les possibilités d’hébergement sont innombrables et adaptées à toutes les bourses. Le Cap pourrait facilement se vanter d’être la capitale gastronomique du continent africain. Les cuisines du monde entier se côtoient dans toutes les gammes de prix.

voyage incentive afrique du sud

LA GARDEN ROUTE

Elle suit le superbe littoral qui s’étend de Still Bay à Plettenberg Bay, à l’est. Elle traverse des forêts indigènes parmi les plus intéressantes d’Afrique du Sud. Le climat est doux, l’ensoleillement important toute l’année. La région se prête à tous les sports nautiques et offre de magnifiques promenades. Elle est extrêmement bien desservie : les compagnies Baz Bus et Garden Route Hopper assurent toutes deux des services à partir du Cap, avec possibilité de s’arrêter en chemin. Si la Garden Route est incontestablement très belle, elle est aussi un peu trop aménagée. À moins de séjourner en auberge de jeunesse, les tarifs pratiqués grimpent d’au moins 30% à la mi-saison (janvier à mai) et doublent en haute saison (décembre à Pâques). Cependant, les voyageurs à petits budgets sont bien accueillis. Quoi qu’il en soit, que vous logiez dans une auberge de jeunesse ou dans un palace, il est recommandé de réserver. La Garden Route est un magnifique Road Trip a faire absolument. De là, n’hésitez pas non à aller plonger avec les requins, une activité aussi répandue que les Grands Blancs…

DURBAN

Une visite s’impose dans cette ville qui allie une atmosphère de vacances aux saveurs originaires de l’Inde. La province qui l’entoure – le Kwazulu-Natal – réunit la plupart des attraits recherchés en Afrique du Sud : la spectaculaire chaîne du Drakensberg, la lointaine savane du bas Veld et le Zoulouland, cœur de la patrie zouloue, sans oublier la longue suite de plages subtropicales où les vagues forment des rouleaux réchauffés par le courant des Agulhas. Le climat à Durban est chaud toute l’année (ainsi que l’eau de mer). Marine Parade, qui longe les plages, constitue le pôle d’attraction de la ville car au-delà de la beauté des vagues, beaucoup d’hôtels, de restaurants et autres lieux de distraction y sont installés. Entre Blue Lagoon et Addington, des filets à requins protègent les eaux chaudes des plages. En continuant vers le sud, on arrive à The Point, bras de terre fermant la partie nord du port,Natal Bay. Il s’agit d’une zone d’anciens docks où se côtoient des bâtiments de l’ère coloniale avec des quartiers résidentiels. Le port de Durban est le plus actif d’Afrique et le neuvième du monde. Le quartier indien est situé dans la partie ouest du centre-ville autour de Grey Street et de Victoria Street. Il y règne une animation qui manque à la plupart des quartiers commerçants des villes d’Afrique du Sud. Lemarché mérite qu’on y flâne. La grande mosquée Juma, la plus vaste de l’hémisphère sud est ouverte aux visiteurs. Le fleuve Umgeni, dominé par d’imposantes falaises, se jette dans la mer près de la plage de Blue Lagoon. Si vous pratiquez le surf, vous avez fait le bon choix en venant à Durban : en plus d’une multitude d’excellentes plages, la ville jouit d’une histoire et d’une culture du surf qui n’ont rien à envier aux autres spots du monde. Durban est également un endroit privilégié pour apprendre la voile, et le centre du canoë-kayak pour l’Afrique du Sud.

voyage incentive afrique du sud

LE PARC NATIONAL KRUGER

Avec les réserves privées qui l’entourent, le parc Kruger couvre la majeure partie du bas Veld oriental. N’oubliez pas qu’il se situe dans une zone de paludisme et que la bilharziose sévit dans de nombreux cours d’eau et barrages. Le parc est l’une des plus anciennes et des plus grandes réserves du monde. La faune y est variée : lions, léopards, éléphants, buffles, rhinocéros blancs et noirs mais aussi girafes, hippopotames et toutes sortes d’antilopes et d’animaux plus petits. Au total sont recensées 147 espèces de mammifères, 507 d’oiseaux, 114 de reptiles et 34 d’amphibiens. Même si ses routes goudronnées et ses camps confortables révèlent un côté un peu trop organisé au goût de certains, sa visite constituera l’un des grands moments de votre voyage en Afrique du Sud. Les paysages sont splendides et fascinants. Bien que le parc soit très fréquenté, il n’est pas rare de rouler 1h sans croiser d’autres véhicules. Vous pourrez l’explorer à votre guise et, comme beaucoup d’animaux se sont habitués aux voitures, vous pourrez les approcher de très près. Rien ne vous empêche de repérer un point d’eau et d’attendre les animaux qui viendront y boire. Essayez de prendre votre temps, en passant au moins une nuit sur place. L’hébergement s’échelonne des campings bon marché aux cases entièrement équipées.

L’Afrique du Sud est un superbe pays à découvrir également dans le cadre d’une entreprise. Faites appel à une agence incentive, ou une société spécialisée dans l’organisation de séminaire en Afrique du Sud pour éviter toute mauvaise surprise.

Voyage Incentive est votre guide pour trouver des destinations attractives pour vos incentives.