Du groupe à la compétitivité

Les pôles de compétitivité : une politique en faveur du décloisonnement des acteurs de l’innovation Mise en place en 2005, la politique des pôles de compétitivité a pour objectif de renforcer la compétitivité de l’économie française et de développer la croissance et l’emploi. Elle encourage les démarches partenariales entre trois catégories d’acteurs clés de l’innovation (les entreprises, les établissements de recherche et les organismes de formation). Les pôles répondent à un double principe de spécialité thématique et géographique. L’innovation collaborative : le coeur de métier des pôles de compétitivité Á ce jour, les pôles de compétitivité ont contribué à l’émergence de plus de 1 300 projets de R&D collaboratifs. Ces projets ont été soutenus financièrement par l’État et les collectivités territoriales, dans le cadre d’appels à projets du fonds unique interministériel (FUI). Ils sont nécessairement pilotés par une entreprise et réunissent au moins deux entreprises et un organisme public de recherche ou de formation. Ces projets ont une vocation économique affirmée. Á terme, ils visent l’émergence de produits, procédés ou services innovants mis sur le marché. Les premières retombées des travaux de R&D menés par les pôles Près de la moitié des projets soutenus dans le cadre du FUI sont désormais achevés. Ils ont permis le dépôt de nombreux brevets, la création et le maintien d’emplois, des augmentations de chiffres d’affaires et l’émergence de « start-ups » innovantes. Ces résultats, très prometteurs pour la croissance des entreprises et l’emploi, devraient d’ailleurs se renforcer dans les prochaines années compte tenu des perspectives commerciales associées à ces projets. Toutefois, leur maturité est encore très inégale, en raison notamment du temps d’accès aux marchés qui diffère selon les secteurs. Certains projets ont déjà permis la commercialisation de produits ou de services, d’autres en sont encore éloignés. C’est le cas par exemple des projets du secteur de la santé, pour lesquels les procédures de tests et d’autorisation de mises sur le marché sont particulièrement longues (10 ans environ). De premiers résultats technologiques, scientifiques et économiques parfois encore provisoires, peuvent ainsi d’ores et déjà être présentés pour certains projets. Vous les trouverez sur le site de Voyage Groupe.