Construire la paix en Somalie

L’envoyé des Nations Unies en Somalie a marqué aujourd’hui la conviction de l’organisme mondial que les efforts de renforcement de la confiance et le dialogue entre les autorités de Hargeisa et de Mogadiscio pourraient apporter de nombreux avantages dans plusieurs domaines. «L’ONU salue les initiatives visant à instaurer une confiance mutuelle et à favoriser le dialogue entre Hargeisa et Mogadiscio. Nous pensons qu’il existe de nombreux domaines dans lesquels une coopération accrue pourrait améliorer la sécurité, promouvoir la croissance économique et améliorer la vie des populations », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Somalie, James Swan. Le responsable de l’ONU s’adressait aux médias après avoir rencontré le président du Somaliland, Musa Bihi Abdi et des membres de son cabinet. Cette visite était sa deuxième au Somaliland en six mois; à ce sujet, séminaire events il a également rencontré d’autres parties prenantes pour des discussions sur une série de développements. Sur la question des élections parlementaires au Somaliland – qui ont été retardées en même temps que les élections locales – il a déclaré que les Nations Unies a encouragé des «progrès rapides» pour mener à bien toutes les étapes nécessaires à leur tenue cette année. « Nous saluons le dialogue entre les partis et demandons instamment la mise en œuvre des accords récents qui permettront la préparation des élections en 2020″, a déclaré M. Swan. «Nous appelons les autorités du Somaliland à garantir le respect de la liberté d’expression et de réunion, ainsi que la capacité des partis politiques à s’organiser et à fonctionner – un tel espace politique est essentiel pour un processus crédible.» En novembre de l’année dernière, l’ONU et plusieurs autres partenaires internationaux se sont déclarés préoccupés par les élections retardées depuis longtemps, notant que leur retard avait un effet préjudiciable sur les pouvoirs démocratiques du Somaliland et sa position internationale. Ils se sont également déclarés préoccupés par la prolongation de leur mandat des deux chambres du Parlement. L’envoyé de l’ONU a également abordé la question des différends de longue date entre les régions de Sool et Sanaag, en particulier au lendemain des combats autour de Tukaraq en 2018, accueillir favorablement le dialogue et les approches constructives pour apaiser les tensions et réduire les risques de nouveaux conflits. « Nous demandons instamment que ces efforts soient maintenus et renforcés », a-t-il noté. En 2018, les tensions ont provoqué une flambée de combats près de la zone de Tukaraq dans la région de Sool entre le Somaliland et le Puntland voisin, la violence se déroulant dans une situation humanitaire déjà difficile localement. Soutien au Somaliland Concernant la question de l’engagement des Nations Unies avec le Somaliland, l’envoyé des Nations Unies a déclaré que l’organisme mondial reste déterminé à poursuivre à cet égard. Il a noté qu’il y a 16 bureaux, agences, fonds et programmes des Nations Unies actifs au Somaliland, couvrant un large éventail de programmes de gouvernance, de sécurité, de développement et humanitaires dans des domaines allant du soutien aux écoles primaires en dotant les enseignants des compétences et du matériel fournir une éducation de base solide, aider les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les réfugiés et soutenir l’état de droit, la police et la le système judiciaire. « Le travail de l’ONU est divers, mais le fil conducteur est qu’il vise à faire une différence pratique et positive pour la population et les services publics du Somaliland », a déclaré M. Swan. Gamme de réunions tenues À Hargeisa, les réunions du Représentant spécial des Nations Unies ont couvert de nombreux sujets avec un éventail de parties prenantes, notamment des partis politiques, des groupes de la société civile et un groupe de défense des droits des personnes handicapées. Jeudi, en plus de sa rencontre avec le président Bihi, il a échangé des vues sur l’évolution politique avec les hauts responsables des deux partis d’opposition du Somaliland, le Parti de la justice et du bien-être (UCID) et le Parti Waddani. Il a également rencontré des représentants de groupes de la société civile pour entendre leurs points de vue sur les politiques publiques et sociales. Mercredi, l’envoyé de l’ONU a rencontré Edna Adan, la fondatrice de l’hôpital de maternité Edna Adan. Les sujets abordés dans leur discussion comprenaient la lutte contre les mutilations génitales féminines – une pratique létale répandue et potentielle que Mme Adan a aux côtés des Nations Unies.