Jusqu’au bout

Sommes-nous encore en état de droit ? C’est une question qu’on peut se poser, au vu des agissements d’un certain candidat LR ces dernières semaines.
Voici un élu s’obstine à maintenir sa candidature, même quand l’univers entier lui demande d’arrêter. On le soupçonne d’avoir détourné plus d’un million d’euros ? Il s’accroche. Il ne peut faire campagne sans être accueilli par des huées ? Il s’accroche. Personne n’a jamais vu sa femme à l’assemblée nationale ? Il s’accroche. Tout le monde lui dit de s’arrêter ? Il continue ! C’est simple : plus ça va mal, et plus il devient agressif. Il suggère que c’est du courage, il se construit une image de combattant. Mais son irresponsabilité est incroyable, dans cette affaire. Quand il poursuit sa campagne en réagissant aux accusations par le mépris, il salit la France, et nous fait passer pour un pays corrompu. Dans beaucoup d’autres pays, un politicien n’aurait pu poursuivre sa campagne plus de quelques heures après les révélations du Canard enchaîné. Quand celui qui jouait les Mr Propre ne respecte pas l’engagement qu’il avait pris devant les téléspectateurs, c’est la confiance envers tous les politiques à laquelle il porte atteinte. Cette confiance n’était certes pas bien lourde, mais là, on atteint un nouveau degré dans l’imposture. Lorsqu’il part dans les théories de complot, il sort carrément du rationnel : c’est le principe même de justice qu’il envoie aux orties. Quand il entreprend d’échafauder une manif’ en signe de résistance quand les élus le lâchent, il fait pire qu’un certain président milliardaire… C’est incompréhensible : pourquoi Fillon ne renonce-t-il pas ? Espère-t-il tenir jusqu’au 17 où plus aucun LR ne pourra le détrôner ? Pense-t-il sérieusement servir les français avec son programme ? Pense-t-il réellement qu’un parlementaire qui bafoue les règles, se contredit d’une semaine à l’autre et dénigre les juges peut être le président idéal ? Une chose est sûre, pour ma part : Mr Propre est la pire catastrophe politique que la France ait connu depuis longtemps.

Dylan, Springsteen, Jagger, Hallyday… Les géants du rock rendent hommage à Chuck Berry

Chuck Berry, immense figure du rock’n’roll, est décédé samedi dans sa maison du Missouri, à l’âge de 90 ans. Originaire de Saint-Louis, dans le Missouri, le chanteur et guitariste prodige n’est arrivé qu’assez tardivement à la musique. Passionné de guitare jazz depuis son enfance, il est d’abord coiffeur, avant d’être repéré dans un club où il joue régulièrement de la guitare par le bluesman Muddy Waters, à l’âge de 35 ans. De Maybellene, en 1955, à Johnny B.Goode (1958) en passant par Roll Over Beethoven (1957), ses premières chansons connaissent immédiatement un succès phénoménal. Il y exalte des thèmes chers à l’adolescence – le flirt, les études, les voitures et les fêtes – qui confèrent à ses textes une dimension universelle et leur valent d’être repris par les plus grands à de nombreuses reprises. Ce premier triomphe durant les fifties marque le début d’une carrière de rocker que seule sa mort viendra achever. Le 18 octobre dernier, jour de ses quatre-vingt dix ans, il annonçait ainsi la sortie imminente d’un énième album, sobrement intitulé «Chuck». De Bruce Springsteen à Mick Jagger, les réactions ont afflué après l’annonce de sa mort, soulignant sa contribution à la légende du rock. «Chuck Berry était le plus grand des rockers, des guitaristes, et le plus grand des paroliers du rock qui ait jamais vécu. C’est une perte immense, la perte d’un géant, pour toujours». «Je suis triste d’apprendre la nouvelle de la mort de Chuck Berry, il était une telle inspiration! Il manquera à tous ceux qui aiment le rock’n roll. Amour & compassion». «R.I.P. Et paix et amour Chuck Berry, Mr. rock’n roll». «Les Rolling Stones sont très tristes d’apprendre la mort de Chuck Berry. C’était un vrai pionnier du rock, une influence incroyable. Chuck Berry n’était pas seulement un brillant guitariste, un brillant chanteur, il était aussi brillant sur scène et, surtout, c’était un vrai maître en tant que parolier. Les chansons de Chuck Berry seront éternelles». «Je suis si triste d’apprendre la nouvelle de la mort de Chuck Berry. Je veux le remercier pour toute cette musique qu’il nous a donnée et qui nous inspirait tellement. Il a éclairé nos années d’adolescent, il a donné vie à nos rêves de devenir musiciens et de monter sur scène. Ses paroles ont brillé par dessus tout, et elles éclairaient d’une lumière étrange ce fameux American dream. Chuck, tu étais incroyable et ta musique restera gravée en nous pour toujours». «Tellement triste, avec la mort de Chuck Berry c’est la fin d’une époque. Il était l’un des meilleurs, il était mon inspiration, un vrai personnage, réellement». «Une de mes grandes lumières s’est éteinte». «Gloire, gloire à toi Chuck Berry!!! Aucun d’entre nous ne serait là sans toi. Continue à rocker mon frère!» «Tout a commencé avec Chuck Berry. Il nous a tous inspirés. Le premier album que j’ai acheté était son +Live at the Tivoli+, et je n’ai plus jamais été le même». «Chuck Berry, mon idole, vient de nous quitter. Grande tristesse.» Au-delà du rock, de nombreuses personnalités américaines ont également tenu à faire part de leur admiration pour l’immense musicienl. Ainsi, pour Arnold Scharznegger, qui s’est exprimé sur Twitter, Chuck Berry «avait rendu le monde rock.» «Quand j’avais dix ans, raconte-t-il, chaque nuit, je rêvais de partir en Amérique. C’est Chuck Berry qui était la bande-son.» De son côté, l’écrivain américain Stephen King reconnait avoir aujourd’hui «le coeur brisé». Même si,r econnait-il, «90 ans, ce n’est pas si mal pour le rock!».

Un ovni vidéoludique

Les fanboys vont pouvoir respirer. Après des mois de secret savamment entretenu, les fanboys peuvent enfin se faire une idée plus exacte de cette fameuse Switch ! En ce qui me concerne, je vais attendre Noël prochain, mais je pense d’ores et déjà pouvoir dire qu’elle va faire aussi bien que la Wii. Parce que son concept est à la fois simple et original. On est bien loin de la console précédente dont le concept est resté incompris du public. La Switch est console hybride, avec laquelle on peut jouer sur sa télé aux toilettes. C’est tout simplement  énorme ! C’est d’une simplicité effarante, et on se demande pourquoi personne ne l’avait encore jamais fait avant. Et à une époque où l’on a pris l’habitude de jouer n’importe où avec nos portables, c’est vraiment un projet gagnant. Je n’ai pas encore eu l’occasion de toucher la console, mais je suis confiant de ce côté-là : Big N s’est toujours fait un devoir de proposer des produits de qualité. Le passage de la télé au mode nomade semble se faire sans difficulté, et la modularité des accessoires a l’air bien pensée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les premiers retours sont très encourageants. En termes de puissance, la Switch n’est bien sûr pas comparable à la PS4. Mais je ne crois pas que cela compte, vu qu’elle ne joue pas du tout sur ce terrain. Et en tant que console portable, c’est de loin la console la plus puissante à l’heure actuelle. Attention, elle m’agace un peu, sur certains points. Le manque de mémoire (32Go) est en ce qui me concerne un problème non négligeable. Et les éditeurs tiers ne se pressent pas au portillon. Bien sûr, Big N n’a jamais vraiment sorti les AAA de Microsoft et Sony, mais le line-up de la console n’est pas propre à rassurer. Mais rien que pour la simplicité de l’objet et son ergonomie, je suis conquis. Wait and see, donc, mais on peut entrevoir une belle réussite à la dernière création du plombier !